Un tramway nommé dérives

Voilà qui tombe mal. Alors que la justice enquête sur le marché du tramway de Mulhouse, le président de la République se rendra dans la ville, le 20 mai, pour son inauguration. A l'invitation du sénateur maire PS, Jean-Marie Bockel. Désireux d'en savoir plus sur les conditions de passation de ce contrat - 340 millions d'euros - entre la Serm, société d'économie mixte de la municipalité, maître d'ouvrage, et les entreprises, le parquet de Mulhouse a ouvert une enquête préliminaire en décembre 2005. En moins de six mois, peut révéler L'Express, la brigade de recherches de la gendarmerie de Strasbourg a entendu un certain nombre de témoins faisant état sinon de malversations, tout du moins de dérives. Comme ce cadre qui a signalé aux enquêteurs son étonnement devant la multiplication d'avenants non justifiés. Faisant grimper certains contrats de plus de 500 000 euros. Certaines perquisitions ont mis au jour des faits inquiétants. Comme cette possible surfacturation à l'occasion d'un marché conclu entre la Serm et l'entreprise Sarmac. Cette facétie aurait permis à un ingénieur d'empocher quelques espèces sonnantes et trébuchantes. Une façon de rembourser, dit-on, les fortes pertes au jeu… de sa concubine! En raison de l'énorme complexité juridique de ce marché, l'enquête préliminaire risque de durer plusieurs semaines encore. Mais si malversations et autres enrichissements personnels se confirmaient, une information judiciaire serait inévitable. L'express Gilles Gaetner
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site