Humanisme Par laurent joffrin



QUOTIDIEN : mercredi 3 octobre 2007

Naissance d’un front républicain. La protestation contre l’usage de l’ADN dans les procédures d’immigration enfle de jour en jour. Elle n’oppose plus droite et gauche, gouvernement et opposition, pro et anti UMP. Elle dépasse ces catégories pour réunir tous ceux qui souhaitent le respect scrupuleux des principes républicains en France. La pétition de Charlie Hebdo initiée par Dominique Sopo, Philippe Val, Bernard-Henri Lévy et quelques autres, dont nous publions le texte dès aujourd’hui, en apporte la preuve éclatante. Voilà un appel qui réunit, parmi d’autres, Dominique de Villepin et François Hollande, Bernard Thibault et François Bayrou ou encore Raymond Aubrac et Ségolène Royal. Leur point commun? Un certain humanisme intransigeant qui récuse, au-delà des arguties techniques, le principe même du contrôle génétique.
Certes, d’autres pays le pratiquent (dans des conditions différentes toutefois). Certes, Brice Hortefeux a reculé sur certains points pour tenter de désamorcer l’opposition du Sénat. Certes, il existe effectivement des fraudes au regroupement familial, quoique impossibles à évaluer. Mais nous sommes maintenant passés, dans cette affaire, de la technique aux principes. La France a judicieusement encadré l’utilisation de la génétique à des fins de surveillance ou d’enquête. La science est, dans son application, étroitement limitée par le droit. C’est une faute cardinale que d’annuler ces précautions au détriment des étrangers. Qui n’y voit un traitement particulier, très clairement discriminatoire ? S’il garde un sou de jugeotte, Nicolas Sarkozy doit reculer au plus vite. Faute de quoi le front du refus s’élargira encore.



Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site