L'indiscutable défaite de Ségolène Royal



Depuis le 6 mai au soir, on ne sait plus très bien s'il faut considérer le score de Ségolène Royal comme une défaite prometteuse, une quasi-victoire ou un échec sans appel. Le passage aux élections législatives comme les enjeux internes au Parti socialiste ont différé voire empêché d'apporter des réponses à une question pourtant fondamentale. A leur façon et avec leurs limites, les données de sondages recueillies par le Cevipof tout au long de la campagne et au lendemain de l'élection fournissent des données précieuses pour comprendre le vote des Français et apprécier la signification du résultat de Mme Royal.
L'examen de la sociologie du vote permet de constater que Mme Royal réussit à dominer Nicolas Sarkozy dans trois catégories qui jouent un rôle-clef dans la fédération de son électorat : les jeunes, les diplômés et les minorités. Parmi les électeurs de moins de 25 ans, elle recueille 63 % des suffrages exprimés, seize points de plus que Jospin au second tour de 1995, mieux même que Mitterrand en 1988. Parmi les électeurs ayant au moins le baccalauréat comme diplôme, elle atteint 56 % des voix. Ce soutien des diplômés est le vecteur du vote en sa faveur des professions intermédiaires (58 %), des salariés du public (56 %) et de sa bonne tenue dans les grandes villes, où leur poids est important (elle obtient en moyenne 49,7 % dans les communes comptant plus de 50 000 inscrits).
Plus spectaculaire encore est le soutien massif des minorités à Ségolène Royal. Parmi les Français qui déclarent avoir un parent étranger, le vote en sa faveur est de 56 %, parmi ceux qui n'ont qu'un grand- parent étranger, il tombe à 52 %, et parmi les Français sans ascendance étrangère (qui représentent les trois quarts de la population), il n'est plus que de 45 %.
Mais les données du Cevipof permettent d'être plus précis encore. Parmi les électeurs ayant une origine étrangère provenant des autres pays européens, le score de Mme Royal est de 48 %, et parmi ceux qui ont une origine étrangère provenant d'un pays africain, il monte à 76 % contre 24 % seulement à Nicolas Sarkozy. Ces indications se trouvent confirmées par les données électorales que l'on relève dans beaucoup de communes ou de cantons de Seine-Saint-Denis ou du Val-de-Marne. Il faut prendre conscience que, dans l'isoloir, deux France se sont opposées. Du côté des catholiques pratiquants, Nicolas Sarkozy a recueilli 77 % des suffrages exprimés et sa rivale 23 % ; du côté des musulmans, Ségolène Royal atteint... 94 % des suffrages exprimés et son adversaire 6 %.
Le 6 mai, Ségolène Royal a ainsi fédéré le vote des " insiders " (les diplômés, les habitants des grandes villes, les salariés du public) et des exclus (les minorités et les jeunes, qu'on peut d'une certaine façon y classer). Il est frappant de constater que, selon la facilité avec laquelle on déclare s'en sortir sur le plan financier, la candidate socialiste ne l'emporte que dans les deux catégories extrêmes : les personnes qui s'en sortent très difficilement, comme il est classique pour la représentante de la gauche (mais à seulement 51 %), et aussi celles qui déclarent vivre " très facilement ", comme cela est moins attendu (plus nettement, à 54 %). Sachant que l'essentiel des Français vit " difficilement " ou au mieux " facilement ", l'alliage des " insiders " et des exclus s'est révélé minoritaire.
Ségolène Royal a échoué à recueillir une majorité des voix au sein de la France modeste, âgée, non urbaine et ouvrière. Les électeurs qui ont arrêté leurs études avant l'âge de 20 ans ont voté en grande majorité pour son adversaire (58 %), ceux qui les ont poussés au-delà ont voté pour elle à 52 %. Les personnes âgées de plus de 65 ans lui ont massivement refusé leur soutien (seulement 33 % des voix). Dans cette catégorie, la gauche est sept points en dessous de son score du second tour de 1995. Si - hypothèse absurde - seuls les moins de 65 ans avaient le droit de vote, Ségolène Royal aurait été élue présidente.
Plus les communes sont de petite taille, plus elles ont voté en faveur de Nicolas Sarkozy, qui obtient 56 % des voix là où elles comptent moins de 5 000 inscrits - et où vivent la moitié des électeurs. La France provinciale des petites et moyennes communes a refusé son soutien à la gauche. Enfin, les ouvriers n'ont voté qu'à 49 % pour Ségolène Royal. De la même façon, elle ne recueille que 49 % des voix parmi les employés. La candidate a échoué dans son objectif de reconquête des catégories populaires, alors que Lionel Jospin y était majoritaire au second tour de 1995 et qu'il faut rappeler que François Mitterrand recueillait 70 % des voix ouvrières.
Ségolène Royal a également échoué dans son objectif de conquête de l'électorat féminin que lui laissaient espérer sa candidature et ses appels nombreux dans cette direction. Elle n'obtient parmi les femmes que 46 % des voix, seulement un point au-dessus de Jospin en 1995. Seules les jeunes femmes de 18 à 24 ans ont voté massivement pour elle, à 69 %, beaucoup plus que les jeunes hommes (57 %).
La candidate socialiste n'a pas obtenu le soutien majoritaire de la France modeste et provinciale et là réside la nature de son échec. Parmi les électeurs qui déclarent s'en sortir " difficilement " et qui auraient dû constituer le coeur de son électorat, la candidate est nettement minoritaire, avec 47 % des voix. Elle a souffert des handicaps traditionnels de son camp sur les thèmes de la sécurité et de l'immigration, mais elle y a ajouté une incapacité à convaincre sur les deux attentes fondamentales des Français lors de cette campagne : le chômage et le pouvoir d'achat. Un sondage Ipsos réalisé entre les deux tours indique que, sur le chômage, Nicolas Sarkozy était jugé plus crédible par 50 % des Français contre 31 % à sa rivale, et pour faire progresser le niveau de vie par 44 % contre 38 %.
Sur ces plans, le projet adopté par les socialistes en 2006 est à mettre en cause. Mais Ségolène Royal n'est pas exempte de critiques. Elle n'a pas réussi à imposer des thèmes de campagne, elle n'a pas donné corps à son concept pourtant très prometteur de l'ordre juste. Dans les semaines précédant le premier tour, il ne se trouvait que 40 % des Français pour lui accorder l'étoffe de président de la République, alors que 60 % la reconnaissaient à son adversaire. On pourrait imputer cette différence à une réticence devant la nouveauté d'une candidature féminine, mais on peut y voir aussi l'effet d'une faible campagne. En décembre 2006, 52 % des personnes interrogées lui reconnaissaient cette dimension.
En définitive, ce qui a permis à Ségolène Royal de limiter les dégâts a été la dimension anti-sarkozyste qui structurait une partie importante de l'électorat, et en particulier les jeunes, les diplômés et les minorités. Invité à préciser la motivation de son vote entre la confiance au candidat, la proximité à ses idées et la volonté de barrer la route à son adversaire, un électeur sur cinq cite cette dernière réponse. Parmi ceux-ci, 74 % votent Royal et 26 % Sarkozy. Si l'on ôte fictivement cette fraction du résultat final, le président de l'UMP l'aurait emporté sur la candidate socialiste par 61 % des voix !
L'anti-sarkozysme a donc apporté huit points supplémentaires à la gauche. Mais les premiers pas réussis du président ne lui permettent pas d'en espérer autant pour les législatives. Et préparer 2012 comme réarmer le PS supposera de mettre en avant des motivations plus positives.


Jérôme Jaffré
(directeur du Cecop,
chercheur associé au Cevipof)
© Le Mond

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×